Topelement

Les franchises de l’assurance-maladie à la hausse

Un projet mis en consultation mercredi pourrait entraîner une hausse de 50 francs sur votre assurance-maladie chaque trois ou quatre ans.

Les franchises de nos assurances-maladie devraient augmenter. Le Conseil fédéral a mis en consultation mercredi un projet visant à les indexer régulièrement aux coûts de la santé. Il répond ainsi à une demande du parlement qui, sous l’impulsion de la droite, souhaitait responsabiliser les assurés aux frais qu’ils génèrent.

Le gouvernement, qui s’était opposé en vain à cette revendication bourgeoise, propose une adaptation par paliers de 50 francs. L’augmentation se produirait dès que les coûts moyens par assuré à la charge de l’assurance obligatoire dépasseraient un montant équivalant à treize fois la franchise ordinaire (soit, dans le système actuel: 13 x 300 francs = 3900 francs). Les franchises à option suivraient la même évolution.

Selon Helga Portmann, responsable de la division Surveillance de l’assurance à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), on peut s’attendre à une hausse de 50 francs tous les trois ou quatre ans.

Le Conseil fédéral propose aussi un changement dans les rabais accordés aux assurés qui choisissent des franchises plus élevées. Aujourd’hui, les franchises optimales sont celles à 300 et 2500 francs. Les premières sont avantageuses pour les personnes dont les frais médicaux dépassent 2000 francs par an, et les secondes pour les autres.

Le but du gouvernement est de rendre les franchises intermédiaires également intéressantes, pour qu’il y ait un vrai choix. Il propose d’augmenter le rabais qui peut être accordé pour celle à 500 francs, mais de le réduire à partir de 1500 francs. «Ainsi, un plus grand nombre d’assurés choisira par exemple la franchise à 500 francs. Ils participeront davantage aux coûts qu’ils génèrent, ce qui permettra de les responsabiliser», conclut Helga Portmann.

 

Les rabais liés aux franchises élevées seraient réduits

«Ce ne sont pas des bonnes nouvelles pour les assurés!» s’exclame Rebecca Ruiz, conseillère nationale (PS/VD) et présidente du Service aux patients de Suisse romande. «La première mesure va augmenter les frais à leur charge. C’est la solution de facilité! On demande aux patients de passer à la caisse quand les coûts augmentent alors que la Suisse est déjà le pays de l’OCDE où la participation des citoyens est la plus élevée.» Et la seconde mesure? «C’est un coup dur pour les personnes qui choisissent les franchises les plus élevées par manque de moyens financiers.»

Le PLR valaisan Philippe Nantermod s’oppose également à ce deuxième volet. «Alors que le parlement demandait des franchises plus flexibles pour réduire les primes, le Conseil fédéral répond en réduisant le rabais pour les franchises hautes!» s’exclame-t-il sur les réseaux sociaux, avant de préciser que ce sont les jeunes et les biens portants «qui vont casquer». Selon le calcul du gouvernement, le rabais annuel maximum passera de 1540 à 1100 francs avec une franchise à 2500 francs. La conclusion du Valaisan: «Le Conseil fédéral décide unilatéralement d’augmenter les primes!»

 

Source : 24 heures

Rechercher